Vautier Benjamin BEN

Né le 18 juillet 1935 à Naples, de mère irlandaise et de père suisse francophone. XX° siècle. Actif en France. Suisse.
BEN
Peintre de technique mixte, créateur d'installations. Conceptuel.

Ben a séjourné en Turquie, Egypte et Grèce avant de se fixer à Nice en 1949. A seize ans, il arrête ses études, travaille dans une librairie, puis devient brocanteur. Ben n'en finit plus de s'interroger sur l'héritage laissé par Marcel Duchamp et les conséquences du ready-made, finissant par déclarer avec le mouvement international Fluxus (qui comprenait entre autres : le musicien John Cage, Georges Brecht, Robert Filliou, Vostell, Maciunas, Williams,... et compta aussi Josef Beuys) : "Tout est art". Les frontières entre l'art et la vie sont alors abolies : Ben proclame un "art d'attitude". L'"Art total", le "Théâtre total" sont issus de ces conjonctions. Chacune des actions qu'il entreprend est oeuvre d'art : les quinze jours qu'il vit dans la vitrine d'une galerie à Londres en 1962, les déclarations intempestives et néodada qu'il signe telles que "Je soussigné Ben Vaultier déclare authentique oeuvre d'art l'abscence d'art" en 1963, et "L'Art est inutile, pas d'art, à bas l'art" en 1965. Aux yeux de Ben, l'histoire de l'art doit se lire en termes de ruptures successives, dont il serait la dernière en date, toute la question résidant dans la difficulté, d'exister en tant qu'artiste après Duchamp. Entre 1958 et 1972, il possède une boutique à Nice qui deviendra par la suite une sculpture en perpétuelle évolution lorsqu'il aura décidé de ne plus rien jeter. A l'ouverture du Centre Georges-Pompidou en 1973, elle sera acquise par le musée, démontée pièce par pièce et remontée dans les salles d'exposition où l'on peut la voir désormais. En 1983, il demande à l'ensemble des galeries parisiennes de l'exposer simultanément. En 1991, la Galerie Templon à Paris a accueilli son exposition Histoire de cul, où il affichait que "Tout l'art commence par une coucherie mentale et se termine par une histoire de cocu". Depuis 1978 il gère un local d'exposition "la Différence", faisant paraître une revue du même titre, où il défend depuis 1981 les minorités et les particularismes régionaux. En 1994, à Paris, la galerie Daniel Templon a organisé son exposition A bas la culture.

Spécialiste international du mot blanc tracé sur fond noir, Ben n'en finit pas de régler ses comptes avec le milieu de l'art, son ego, ses angoisses et l'avant-garde artistique. "Résolument placé sous le double signe du parasite et de Fluxus, Ben s'attache à faire en sorte que ce qui le dérange dérange aussi les autres : une profession de foi en forme d'imposture". Mettant en cause l'art et la culture et les institutions artistiques et culturelles, de même que naguère Dubuffet, Ben n'a de cesse en fait d'en être le complice et le bénéficiaire. Ainsi, en 1995, les galeries contemporaines des musées de Marseille ont organisé une exposition rétrospective de son oeuvre, sous le titre Pour ou contre, inaugurant le festival Marseille Méditérranée 95, dont le vernissage se terminait par un Bal à Ben, ayant au moins le mérite d'afficher le caractère probablement assez facétieux de ses entreprises.

Christophe Lachaux antiquaire
52, rue de Sèvres 75007 Paris
01 43 06 67 48 - 06 07 48 56 26
Achète toute oeuvre de l'artiste Vautier Benjamin BEN.