Ladislas KIJNO

Né le 27 juin 1921 à Varsovie. XX° siècle. Actif depuis 1925 en France. Mort le 27 novembre 2012 à Saint-Germain-en-Laye. Polonais. Peintre à la gouache, technique mixte, peintre de cartons de tapisseries, cartons de mosaïques, sculpteur, graveur, illustrateur, décorateur.

Tout en poursuivant ses études de philosophie à l’université de Lille de 1941 à 1945, il faisait parallèlement ses premières expérimentations picturales. En 1950, il fonda avec Paul Gay le groupe Cadran. Il vit et travaille à Saint-Germain-en-Laye. Membre du comité directeur du Salon de Mai à Paris, il participe également à de nombreuses manifestations : 1980 Biennale de Venise, 1990 FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain) à Paris, 1992 De Bonnard à Baselitz – Dix ans d’enrichissements du Cabinet des estampes 1978-1988 à la Bibliothèque nationale à Paris. Depuis 1954, il montre ses œuvres dans de nombreuses expositions personnelles : 1954, 1956, 1958, 1963, 1972, 1975 Paris ; 1957 musée d’Antibes ; 1958 L’Art au village à Saint-Jeoire-en-Francigny ; 1965 cercle Noroit-Arras ; 1965 et 1973 Genève ; 1971 Maison de la Culture de Rennes et première rétrospective au musée des Beaux-arts du Havre ; 1985 Manège royal de Saint-Germain-en-Laye ; 1986 musée de Toulon ; 1991 galerie Patrick Trigano à Paris ainsi qu’à Lille, Toulouse, Marseille.

En 1950, il peint une Cène pour la crypte de l’église d’Assy. A partir de 1954, il se consacre définitivement à la peinture. Après des premières œuvres dans lesquelles il reprend inlassablement, à la gouache ou au crayon, les motifs du violon et de personnages, il évolue vers l’abstraction. Il travaille par séries, à la recherche de nouveaux moyens d’expression, comme la série des Galets de 1957 à 1959. Dès 1948, il met au point une technique personnelle de papier froissé, puis de toile froissée, donnant ainsi du relief à la surface. Il a aussi réalisé une véritable synthèse entre les techniques traditionnelles de la peinture et les découvertes industrielles, notamment dans le domaine de la vaporisation et des colorants, utilisant en particulier la peinture glycérophtalique. Récusant la différenciation entre abstraction et figuration, Kijno a élaboré une sorte de mythologie moderne par le moyen d’emblèmes et de signes courbes qu’on a qualifiée de « graphisme violent, hautain, d’un développement magnifique et hiératique ». Il s’est aussi consacré à l’art mural et à l’insertion de l’art dans la société. On peut voir de nombreuses mosaïques de lui, notamment pour un gymnase de Juvisy-sur-Orge. Il a illustré divers ouvrages, notamment Les Iles de Jean Grenier et Brocéliande d’Aragon.

Christophe Lachaux antiquaire
52, rue de Sèvres 75007 Paris
01 43 06 67 48 - 06 07 48 56 26
Achète toute oeuvre de l'artiste Ladislas KIJNO.