Charles CHRISTOFLE (1805-1863)

Après avoir crée une maison de bijouterie et joaillerie , il fonda la maison d'orfèvrerie et acquit en 1842 et 1843 les brevets pris par Elkington et Ruolz, pour la dorure et l'argenture galvamiques. La maison fut ensuite conservée par son fils Paul et son neveu H. Bouilhet. Cette célèbre maison d'orfèvrerie n'entre pas dans cette étude ; mais Christofle ayant présenté aux Expositions Universelles de 1867 et 1878 des meubles exceptionnels, nous avons tenu à les signaler :
-Exposition Universelle de 1867 : table de toilette de style Louis XVI, en acajou, bronze, vermeil, lapis-lazuli et jaspe ; dessinée par E. Reiber et sculptée par Carrier-Belleuse et J. Cheret.
-Exposition Universelle de 1878 : paire de meubles d'encoignure de style japonais, datés 1874. Composition d'Emile Reiber ; bâti et piétement en ébène, palissandre et noyer noirçi. D'après un article paru alors dans La gazette des Beaux-Arts, il faut citer comme collaborateur de Christofle Guignard, l'auteur de ces patines métalliques dont les deux meubles d'encoignure sont, comme dessin et comme exécution, les deux plus merveilleux exemples que nous connaissons.

Il a participé à d'autres expositions, dont : Grand Palais, L'art en France sous le Second Empire, 1979 ; n° 52 : table de toilette signée sur la tranche supérieur du tiroir : P. Christofle et H. Bouilhet, orfèvre. E. Reiber , dessinateur et Carrier-Belleuse et J. Cheret sculpteur. H : 0,70 m ; L : 0,95 m ; P : 0,62 m. Achetée par Mme Isaac Péreire , don de A. et J. Péreire au musée des Arts décoratifs en 1936. Il a figuré aux Expositions de 1867 et de la Centennale de 1900, au musée des Arts décoratifs en 1964 et à la Bibliothèque Nationale en 1965. Au musée des Arts décoratifs, 1983, L'Expo des Expositions Universelles , 1851 / 1889 : meuble d'encoignure de 1878.

Christophe Lachaux antiquaire
52, rue de Sèvres 75007 Paris
01 43 06 67 48 - 06 07 48 56 26
Achète toute oeuvre de l'artiste Charles CHRISTOFLE (1805-1863).