Albert LEBOURG

Né le 1 février 1849 à Montfort-sur-Risle (Eure). Mort le 7 janvier 1928 à Rouen (Seine-Maritime). XIX°-XX° siècles. Français.
Peintre de figures, paysages animés, paysages, paysages urbains, pastelliste, aquarelliste. Tendance impressionniste.

Lebourg
Albert Lebourg est né d'un père greffier de justice. Il fait ses études de 1861 à 1865 au lycée d'Evreux et opte ensuite pour l'architecture. Il commence ses études auprès de M. Drouin, architecte et professeur de dessin linéaire à Rouen. Grace à celui-ci, Lebourg rencontre Delamarre, peintre paysagiste rouennais, qui donnera quelques conseils à l'artiste débutant. Il reçoit également sa formation de Monsieur Morin, directeur de l'école de peinture et de dessin et de Rouen dont il suit les cours. Les années passent et Lebourg s'oriente nettement vers la peinture et le dessin. En 1872, un tableau exposé à Rouen est remarqué par un collectionneur qui lui propose une place de professeur de dessin en Algérie, et en octobre de cette année, Lebourg s'embarque pour Alger. Il revient à Rouen en 1873 pour y épouser Marie Guilloux. De retour en Algérie, il met à profit ses moments de liberté pour dessiner et peindre. Mais en 1877 il décide de rentrer en France et il donne sa démission. A Paris en 1878, le marchand de tableaux Portier, lui fait connaitre les nouveaux milieux artistiques et rencontrer le docteur Paulin. A cette époque il entre à l'atelier Jean -Paul Laurens dont il suit les cours pendant deux ans.

De juillet à novembre 1884 il part en Auvergne avec le docteur Paulin ; il visite Clermond-Ferrand, Montferrand, Chamalières, Pont-du-Chateau. il retourne une deuxième fois dans cette région de l'automne 1885 au printemps 1886, où il séjourne à Pont-du chateau. Jusqu'en 1895 il passe son temps entre l'ile de France, Paris, la banlieue, Rouen et la Normandie. En 1888 il s'installe à Puteaux, d'où il rayonne vers Sèvres, Saint-Cloud, le Bas-Meudon, Bougivalle et Saint-Germain. Pendant ces années, il fait des excursions à Dieppe, Honfleur et Boulogne. C'est à partir de 1893 qu'il exécute à Rouen, des toiles du " balcon ". La mort de sa femme le 3 aout 1894, l'affecte profondemment : durement touché, il restera de longs mois sans peindre. En 1895, il séjourne deux mois à Maisons-Laffitte. En aout, il décide d'aller en Hollande avec Méricourt, un camarade de l'atelier de Jean-Paul Laurens. Il y passe l'été et l'hiver 1895-1896 et 1896-1897. Il visite La Haye, Rotterdam, Dordrecht, Amsterdam, Delfshaven, Schiedam et Overschie ; de cette dernière ville, il entreprend une série d'aquarelles et de lavis. A peine rentré des Pays-Bas, il se rend en 1897 chez son ami Paulin à Neuville-sur Ain. Une dizaine de jours passés en Grande-Bretagne lui permettent de visiter les musées et d'apprécier les peintres anglais. Il se rend en 1902 en Suisse à Saint-Gingolph. C'est en 1904 qu'il entreprend des études d'après nature à la Bouille. En 1905 il se rend aux Eysies y travaille quelques jours pous passant par Agen et Bordeaux rejoint La Rochelle en mai 1905. A Paris en 1905-1906 il fait une série de dessins sur la passerelle de d'Institut (Notre-Dame-de-Paris, le pont Saint-Louis, le Pont-Marie). Il passe l'été et l'automne 1910 à Chalou-Moulineux près d'Etampes dans l'Essone. Au cours de juillet 1910, il est à Amiens ou il réalise plusieurs toiles de la cathédrale. Sur les conseils de son ami Paulin, il effectue un voyage en Belgique, visite Bruges, Gand et La Panne, est enthousiasmé par les musées mais ne retrouve pas l'ambiance de la Hollande. En aout 1815 il est nnSaint-Pair près de Granville dans la Manche. En 1818 en raison des bombardemants sur Paris, il retourne en Auvergne à Pont-du-Chateau chez des amis , Monsieur et Madame Bonhomme. Sans son atelier de la rue de Poissy à Paris, il finit un "Etang de Chalou-Moulineux" et un " Notre de Paris", ce dernier pour la Société Nationale des Beaux-Arts en 1919. En 1920 il fait des aquarelles à Rouen, puis séjourne à Hondouville, Triel et à Saint-Guilloux. Il retourne à son domicile rouennais et en septembre tombe malade. Il meurt en 1928 au terme de huit longues années d'une douleureuse maladie.

Lebourg a commencé à exposer au Salon des Artistes Français, en 1883 : "Une matinée à Dieppe", et en 1886, "La prairie au bord de l'Allier". A Paris, dès son retour du premier voyage en Hollande il expose en septembre 1896. A Paris en 1899, il expose quarante-deux toiles. En 1903, il est promu Chevalier de la Légion d'Honneur pour une toile exposée à Hanoi: " Cote Sainte-Catherine, effet de neige". La même année, en novembre, il expose cent onze sujets. Albert Llebourg a été élu sociétaire de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1894. Il participe à tous les salons de la Société Nationale de 1891 à 1902 et , après une interruption de cinq ans , de 1909 à 1914. En 1916 , il expose dans une galerie rue de la Boetie. mais l'exposition la plus importante est sans doute celle de février 1918 ou sont présentées deux-cent-seize peintures, deux aquarelles et cinquante-et-un dessins.

Christophe Lachaux antiquaire
52, rue de Sèvres 75007 Paris
01 43 06 67 48 - 06 07 48 56 26
Achète toute oeuvre de l'artiste Albert LEBOURG.